Santé, le thym : la « panacée » des Dieux

Thym et citron contre les rhumes

Issu, d’après la légende grecque, des larmes d’Hélène lors de son enlèvement par Pâris, le thym est, depuis des millénaires, une plante connue pour ses bienfaits sur la santé. Il en existe plus de 300 espèces ! Dans nos contrées, on rencontre surtout le thym commun ou Thymus Vulgaris et le serpolet, une version plus « sauvage ». Si les vertus culinaires de ces plantes aromatiques sont connues par le grand public, leurs bénéfices sur la santé le sont moins. Et pourtant…

Depuis la nuit de temps

Selon les archéologues, la plante participait à l’embaumement des morts en Égypte et en Étrurie. Romains et Grecs en brûlaient dans les temples et s’en servaient pour purifier l’intérieur des maisons. Ils en chassaient ainsi les nuisibles, et en particulier les serpents.

C’était un allié précieux des voyageurs et des commerçants : sa présence dans les soutes des bateaux, dans les ballots de marchandises, empêchait moisissures et vermines.

Depuis fort longtemps, le thym rentrait déjà dans bon nombre de médicaments et d’onguents médicinaux. Il était même encore d’usage dans des régions françaises au Moyen Âge d’en parer le cercueil pour faciliter le passage vers la mort. À la même époque, la viande se conservait à l’aide d’un mélange de sel, de citron et de thym.

Pour les Romains, il symbolisait le courage, à tel point qu’il est aujourd’hui encore synonyme de bravoure dans le langage des fleurs.

En plus de ces symboles très forts, le thym est surtout une plante aux multiples bienfaits qu’il faut absolument avoir dans son jardin, son balcon ou à l’intérieur.

De l’assiette à la pharmacie

De nos jours, le thym est connu avant tout comme une plante aromatique idéale pour donner un « air de Midi » à tous les plats… Bouquets garnis, marinades, farces ou simplement saupoudré dans les préparations, il se marie avec tout : légumes, poissons, viandes, fromages, etc. Certains pâtissiers n’hésitent pas à l’intégrer dans leurs desserts, et à aromatiser au thym, en amont, les fruits qu’ils travaillent.

Cependant, le thym est avant tout un allié précieux pour la santé et ce n’est pas pour rien que les Méditerranéens en saupoudraient leurs plats.

Malgré la réticence des milieux de fabricants de médicaments officiels, de nombreux organismes, officiels eux aussi, se sont penchés sur les vertus du thym et ont officialisé ses nombreuses vertus médicinales.

L’Organisation Mondiale de la Santé reconnaît des bienfaits sur la digestion, la toux, les bronchites, les laryngites et des propriétés cicatrisantes certaines. L’Agence Européenne du médicament souligne aussi le côté expectorant ainsi que l’ESCOP (Coopération scientifique en phythotérapie) et la Commission E, conseil scientifique de l’organisme administratif allemand qui gère les médicaments.

Cette commission insiste sur l’effet antibactérien du Thymol, le composant principal du thym. L’huile essentielle de thym contient en majorité du Thymol mais aussi du Carvacol. Ces deux phénols sont connus pour être antiseptiques, antibactériens et antifongiques. Le Carvacol est devenu un additif alimentaire pour prévenir la prolifération d’Escherichia Coli par exemple. Bref, on s’en sert à l’heure actuelle pour éviter le pourrissement et la prolifération de « vermines », comme dans l’Antiquité.

Pour les naturopathes et les tenants de médecine douce, le thym possède mille vertus. En voici la liste non exhaustive mais déjà assez complète :

  • antiseptique,
  • antibiotique,
  • stimulant des fonctions respiratoires, digestives et circulatoires,
  • vermifuge,
  • antispasmodique,
  • diurétique,
  • tonique du système nerveux.

Le thym est un allié sûr pour combattre :

  • la toux dans les rhumes, coqueluches, etc,
  • les fatigues nerveuses et physiques,
  • le manque d’appétit,
  • les soucis de digestion : ballonnements, fermentations intestinales, digestion difficile, drainage du foie,
  • l’anémie,
  • les angoisses, insomnies et autres troubles du sommeil,
  • les infections urinaires et problèmes de menstruation,
  • la perte des cheveux,
  • la cicatrisation et les piqûres d’insectes.

Alors oui, certains n’hésitent pas à en parler comme d’une panacée. Et des naturopathes l’intègrent dans les traitements complémentaires contre les cancers, et surtout contre les effets indésirables de la chimiothérapie sur le foie.

Ce qui est certain, c’est son aide lors des rhumes : 4 à 5 tasses d’une infusion par jour dès les premiers symptômes avant ou après les repas évitent la toux et stoppent l’infection. Le traitement est plus efficace avec un peu de citron et de miel. Cette tisane est composée de 20 à 30 grammes de sommités fleuries et/ou de feuilles fraîches ou sèches à infuser pendant 5 à 10 minutes dans un litre d’eau environ. Elle serait souveraine aussi pour les problèmes de digestion, les oxyures (vers intestinaux), etc.

Une infusion un peu plus corsée aide à soigner angines et maux de gorge avec des gargarismes, à cicatriser des petites plaies en compresses, et soulager en massages les douleurs articulaires. Certains la préconisent pour ralentir la chute des cheveux.

À l’heure où bon nombre de médicaments « modernes » sont montrés du doigt pour leurs effets indésirables, notamment les sirops expectorants, préférez donc le thym de votre jardin, qui, lui, – c’est officiel depuis les années 70 – n’a pas d’effet secondaire (cela vaut pour le thym lui-même mais pas les huiles essentielles).

Ces vertus fongicides, antibactériennes et antiseptiques en font enfin un allié efficace dans les recettes de produits ménagers alternatifs. Son huile essentielle, avec celles de citron et de tea tree, peut être utilisée diluée dans du vinaigre blanc, par exemple dans un désinfectant multi-usage ou un liquide vaisselle maison.

Surpassez la concurrence et chassez le diable !

On l’imagine bien, cette herbe aromatique aux mille vertus entrait dans la confection de bon nombre de recettes magiques, philtres d’amour et autres onguents de sorcières.

On le retrouve dans beaucoup de livres et d’utilisations « magiques » pour donner du courage, de la force, éloigner les dangers et chasser les mauvaises ondes.

Idéal pour les chefs d’entreprises et les intellectuels : dans les anciennes recettes magiques, le thym a une place de choix, surtout dans tout ce qui touche à l’intellect. En avoir une branche dans la poche gauche des vêtements permet d’avoir plus d’idées que ses voisins et collègues. Une tisane de thym est souveraine, paraît-il, pour tous les métiers « intellectuels » : philosophes, poètes, avocats, ingénieurs, docteurs et savants !

Toujours dans le domaine magique, il entre dans la composition du fameux « Vinaigre des quatre voleurs » avec le romarin, la sauge et la verveine, un philtre qui permettrait soi-disant de faire face à toutes épidémies, de chasser les mauvaises ondes et le diable lui-même.

Note : les informations de ce blog ne sont pas destinées à remplacer des médicaments, prescritpions ou pratiques médicales issus de milieux professionnels médicaux.